Voyager seule à Bali : la révélation

Voyager seule c’est avoir des plages pour soi 🙂

Voyager seule. Quand vous annoncez que vous partez seule à l’autre bout du monde, certains vous regardent bizarrement comme si vous étiez un Alien, d’autres vous regardent avec envie en espérant secrètement avoir le courage de faire la même chose et d’autres s’en fichent complètement. Et il y a les enthousiastes ! Partir seule signifie beaucoup de choses importantes dont la principale est de sortir de sa zone de confort, la fameuse. J’ai déjà voyagé seule, dont New York cette année, mais le voyage en solo qui m’a révélée c’est Bali cet été, durant 24 jours.

Voyager seule : l’indescriptible bonheur

Partir seule en voyage, c’est prendre la décision seule de partir, choisir seule sa destination, ses dates, acheter son billet d’avion seule, prendre l’avion seule, vivre son voyage seule, manger et se balader seule, se débrouiller seule et être, bah oui juste seule avec soi même. Voyager seule c’est partir vers l’inconnu sans personne qui nous attend là où l’avion se posera. C’est sortir de l’aéroport en sachant que personne, ami ou simple connaissance nous attend ! C’est laisser la vie nous surprendre et accepter cela. Voyager seule c’est avoir l’esprit ouvert sur les rencontres de la vie, sur ce que l’on apprendra sur nous-même et accepter de perdre le contrôle, et ainsi marcher droit vers l’inconnu. Sur la route du voyage, on rencontre des personnes toutes différentes les unes des autres de part nos pays d’origine et donc nos cultures, mais on a tous un point commun : le goût du voyage. Quand on voyage seule, on se rend compte que nous sommes beaucoup à se balader seul (ou pas) avec notre sac à dos. On nous appelle les « backpackers » et on se reconnait tous et partageons ce truc si spécial. Voyager seule, c’est vivre une expérience hors du commun, c’est se découvrir, se redécouvrir, évoluer et grandir, devenir plus forte et se surprendre. C’est prendre conscience que cette fameuse zone de confort dont tout le monde nous parle est facile à perdre du moment où on le décide. Je suis partie seule à Bali sans craindre qu’il m’arrive quoi que se soit, j’avais hâte de goûter à cette liberté de vivre. J’étais curieuse de découvrir ma compagnie hors de ma fameuse zone de confort, de découvrir comment je fonctionnais et qui j’étais, rencontré celle que j’allais devenir là bas car je savais que je reviendrais différente. Je sentais que j’étais à un tournant de ma vie et qu’un changement s’opérerait. Je ne me l’explique pas vraiment. En quoi Bali m’a fait évoluée, m’a changée, et m’a fait grandir ? C’est indescriptible et peut être incompréhensible pour la plupart des gens mais c’est pourtant le cas. Il y a un avant et un après Bali. J’avais senti une évolution à mon retour de New York, mais l’après Bali c’est une autre dimension !

Voyager seule au milieu des rizières mais avoir la copine pour immortaliser ton bonheur

Voyager seule ou l’art des rencontres éphémères

Quand on voyage seule, on est prête à rester plusieurs jours seule, à ne parler qu’aux locaux, à prendre le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner seule à sa table de restaurant ou au café. Bref on se prépare à rester avec juste nos pensées en fidèle compagnie, et à ne pouvoir compter que sur nous et ce qu’on a au fond de nous pour avancer et vivre au quotidien. Mais être seule c’est aussi faire des rencontres (et s’ouvrir à elles). Rencontres que l’on sait éphémères car nos rencontres sont le fruit d’un voyage pour chacun d’entre nous. Le lendemain, les personnes rencontrées peuvent être déjà parties sur une autre route, la leur. Alors on apprend à profiter de chaque rencontre, qu’elles soient faites un soir en rentrant dans son bungalow, sur un ferry en allant à Lombok, dans un café ou grâce à Instagram. En partant à Bali, j’avais prévu de passer 1 semaine avec Laura, mon ancienne prof de yoga sur Paris. Oui j’allais passer 1 semaine pas vraiment seule. Je ne la connaissais que via son blog et ses cours et je l’aimais déjà beaucoup. Elle seule m’avait donné le goût de la pratique régulière du yoga. Durant une semaine, j’avais donc prévu de découvrir son Bali avec ses endroits favoris à Canggu, de pratiquer le yoga de nouveau avec elle mais aussi de surfer. Me reconnecter à moi-même en pratiquant le yoga et le surf, et me dépasser, surtout grâce au surf. Objectif rempli ! J’ai découvert Laura, j’ai appris à la connaitre et parce que nos moments ensemble avaient une fin, et surtout parce qu’on doit uniquement vivre l’instant présent, j’ai profité de chaque instant avec elle. Je me suis nourrie à son contact, j’ai profité de sa vision de Bali pour faire mes propres découvertes. Je l’ai quittée en sachant qu’elle faisait partie intégrante de mon voyage à Bali. Malgré une seule semaine passée ensemble, ce fut difficile de se dire au revoir, mais lorsqu’on voyage seule, qu’on prend cette décision, on sait que les rencontres doivent se finir pour continuer ce voyage entrepris avec soi-même. C’est même important pour soi de passer cette étape, en tout cas de mon point de vue, car si l’on décide d’entamer un voyage avec soi même, peu importe la durée, il faut le faire à fond et ne pas craindre de se retrouver avec soi même après certaines rencontres. Et les rencontres comme celles avec Laura, ne se terminent pas avec un au revoir. Elles perdurent d’une autre manière ! Accepter cela, c’est avancer encore plus forte !

Voyager seule et vivre pleinement chaque moment

Et puis, il y a les autres rencontres. Les rencontres magiques, hors du temps, celles qui sont spéciales dès les premières minutes. Celles que l’on sait, elles aussi éphémères, mais que l’on voudrait garder, protéger et ne jamais arrêter et qu’on enregistre au fond de son âme. Ce sont les rencontres indescriptibles, inoubliables, si inattendues et si parfaites. Celles qui font partie du voyage, celles qui font partie de nous indéniablement, qui nous marquent comme au fer rouge et qui nous font grandir, plâner, vibrer, vivre, halluciner et qu’on s’empresse de raconter aux copines. Ces rencontres qui sont des sortes de diamant à l’état brut, que l’on doit apprendre à laisser derrière soi (mais qu’est ce que c’est dur !). Rencontres qui seront amenées à évoluer ou pas, seule la vie nous le dira. Ces rencontres, fruits du hasard ou pas, deviennent plus intenses, peut être car notre esprit est tout simplement libre de tout. Voyager seule c’est être ouverte aux rencontres de manière différente que celles du quotidien.

Voyager seule, c’est passer d’un endroit à un autre, se fier à soi, s’organiser avec soi, s’émerveiller et ne jamais être triste de ne pas partager avec un autre ce qu’on vit. Car oui, la tristesse ne nous envahit jamais car on apprend à profiter du moment présent et à prendre conscience du bonheur à l’état pur. Et apprendre à partager chaque moment avec soi et s’endormir le soir, simplement heureuse de ce qu’on vit, c’est un cadeau incroyable. Voyager seule c’est une liberté immense, c’est se surprendre, vivre des moments hallucinants et ce n’est pas courageux. On a tous cette force en nous. On doit juste apprendre à lâcher prise, avancer et se laisser surprendre. Pour ma part, voyager seule fut l’une des expériences les plus bouleversantes de ma vie et les plus importantes personnellement. Et je pense déjà au prochain voyage 🙂 En solo évidemment.

Laisser un commentaire